Comment Cr Er Un Site Wordpress De Hatha Yoga

Le commentaire de traction lloyd

Les plantes avec les feuilles nageant utilisent le milieu partiellement d'eau partiellement aérien. D'eux s'enracinent dans le sol du nénuphar de la génération Nymphaea, les cagnottes de la génération Nuphar,, la noix la génie des eaux – Trapa natans.

Les xérophytes avec le plus vivement exprimé par les lignes de la structure des feuilles ont l'aspect original extérieur, pour quoi a reçu le nom. Il est facile de présenter l'aspect typique à l'exemple du chardon – Carduus crispus et les trous déserts,, les saxaouls.

Le moyen principal de l'élimination des conditions arides chez – l'accumulation du grand approvisionnement en eau dans les tissus et sa dépense extrêmement économe. Dans les conditions du climat chaud et sec tout le stock d'eau pourrait être vite dépensé, mais les plantes ont les adaptations protectrices dirigées vers la réduction de la transpiration. Un d'eux – la forme originale des parties au-dessus du sol. En complément de cela chez plusieurs la surface est protégée par l'incursion de cire, bien que soit et avec l'épiderme fin non protégé. Les stomates sont très peu nombreux, souvent chargés au tissu de la feuille ou la tige. Durant le jour du stomate sont d'habitude fermés, et la perte de l'eau va pour l'essentiel dans les tissus tégumentaires.

sous la relation écologique sont très proches vers et leur sont liés par les formes de transition. C'est les plantes sec et froid – les terrains secs des toundras, les rochers, les éboulements. D'habitude ils sont examinés et se caractérisent avec, puisque chez eux beaucoup de lignes similaires morphologiques et physiologiques. Mais parmi il y a des formes très originales sont des plantes-coussins des déserts de haute montagne froids.

Une grande signification pour la survie des xérophytes au manque rude de l'humidité a leur capacité à transférer la déshydratation profonde des tissus sans perte de la viabilité et la capacité de la restitution du contenu normal de l'eau dans la plante au renouvellement des conditions favorables. Les xérophytes capable de sont perdues par environ 75 % de tout le stock d'eau et, néanmoins, rester vivant. Les plantes désertes, qui sèchent en été jusqu'à l'état proche vers vozdouchno-sec, servent de l'exemple brillant sous ce rapport et tombent dans l'anabiose, mais après les pluies recommencent la croissance et le développement.

. Ce groupe insère les plantes croissant dans de moyennes conditions de l'humectation. Se rapportent ici les plantes des prairies, la couverture d'herbe des bois, les races à feuilles de bois et frutescentes des domaines du climat modérément humide, ainsi que la plupart des plantes cultivées.

Les restrictions conditionnées par les particularités du régime d'eau, créent d'autres difficultés pour la vie de ces plantes à les conditions. Une faible transpiration réduit au minimum la possibilité de la thermorégulation, à que l'on lie une forte chauffe des organismes massifs au-dessus du sol. Les difficultés sont créées et pour la photosynthèse, puisque durant le jour du stomate sont d'habitude fermés, et s'ouvrent dans la nuit, donc, l'accès de l'acide carbonique et la lumière ne coïncident pas dans le temps. C'est pourquoi chez on avait élaboré la voie spéciale de la photosynthèse, à qui à titre de la source de l'acide carbonique, on utilise partiellement les produits de la respiration. Autrement dit, dans les conditions extrêmes de la plante utilisent partiellement le principe du système fermé avec des déchets du métabolisme.

. C'est les plantes d'eau. Selon le mode de vie et la structure parmi eux on peut mettre en relief les plantes chargées et les plantes avec les feuilles nageant. Les plantes chargées subdivisent sur enracinant au sol de fond et l'eau pesée dans l'épaisseur. Des plantes supérieures chez les premiers appartiennent – Stratiotes aloides, la génie des eaux – Subularia aquatika. Les algues fixées au sol entrent Dans le même groupe. Des plantes pesées dans l'épaisseur de l'eau, on peut appeler chargé-Ceratophyllum demersum, ordinaire – Utrikularia vulgaris, ainsi que de nombreux aspects des algues de plancton.